Le Club Littéraire

Events > 2019 > February > Le Club Littéraire

About this event:

Created by afsarasota

Selby Public Library Sarasota, FL

Le Club Littéraire se réunit le deuxième vendredi de chaque mois d’octobre à mai, de 14h à 15h30 à la Bibliothèque Publique Selby de Sarasota (Selby Public Library).

Nous nous réunissons dans la Salle de Conférences au 1er étage (Conference Room, 2nd American floor) au fond à droite.

 

Chronic-books

 

 

 

 

 

 

                    LIVRES    2019 

 

 

CLUB LITTERAIRE               CALENDRIER 2019

 

 

8 février 2019 :            Slimani, Leïla, Chanson douce, 2016, Folio

 

Prix Goncourt 2016 – Traduit aux Etats-Unis sous le titre A perfect nanny.

Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d’un cabinet d’avocats, le couple se met à la recherche d’une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l’affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu’au drame.
À travers la description précise du jeune couple et celle du personnage fascinant et mystérieux de la nounou, c’est notre époque qui se révèle, avec sa conception de l’amour et de l’éducation, des rapports de domination et d’argent, des préjugés de classe ou de culture.

8 mars 2019 :              De Castro, Eve, Nous, Louis, Roi, 2015, Pocket

 

12 avril 2019 :             Roger, Marie-Sabine, La tête en friche, 2010, J’ai lu

 

10 mai 2019 :              Dils, Patrick, Je voulais juste rentrer chez moi, 2003, J’ai lu

 

 

 

8 février 2019:             Slimani, Leïla, Chanson douce, Folio, 2016, 256 pp.

 

 

8 mars 2019 :              De Castro, Eve, Nous, Louis, Roi, Pocket, 2015, 156 pp.

« J’ai peur. Je ne suis plus Apollon, ni le roi de France, je ne suis plus que Louis consumé de terreur. »

Il signait « Nous, Louis, roi » et il rêvait d’éternité. La gangrène ronge sa jambe. Ses ennemis ont parié qu’il ne passerait pas la fin du mois d’août.

Août 1715 : À Versailles on pleure et on prépare l’avenir. À Paris on fête déjà la mort du tyran. Cloué sur son lit, celui qui s’est voulu le plus grand roi du monde est seul avec lui-même. C’est l’heure des comptes, des adieux, de la vérité.
Il reste à Louis XIV dix-sept jours pour quitter sa peau de dieu. Dix-sept nuits pour se découvrir homme. A la fin de ces dix-sept jours il sera mort.

 

12 avril 2019 : Roger, Marie-Sabine, La Tête en Friche, J’ai lu, 2008, 252 pp.

Sélection 2018 « Un livre, Une Fédération » de la Fédération des Alliances Françaises-U.S.A. Le roman a été adapté en 2010 au cinéma par Jean Becker dans un film avec Gisèle Casadessus et Gérard Depardieu (My Afternoons with Margueritte, en anglais)

A quarante-cinq ans, Germain mène une vie de brute paisible, retrouvant ses amis au bistrot la journée et dormant le soir dans une caravane au fond du jardin de sa mère. Son autre distraction: compter les pigeons du parc. C’est là qu’il fait la connaissance de la très vieille mais très pétillante Margueritte. Leur rencontre sous l’égide de la lecture bouscule doucement leur vie, et Germain découvrira peu à peu par les livres le monde qui l’entoure. Racontant l’histoire d’une drôle d’amitié, ce roman rend hommage avec beaucoup d’humour et de tendresse au plaisir de la lecture.

 

10 mai 2019 :              Dils, Patrick, Je voulais juste rentrer chez moi, Un innocent incarcéré pendant 15                                             ans, J’ai lu, 2003, 224 pp.

Comment en arrive-t-on à avouer un double meurtre que l’on n’a pas commis? Pourquoi un gamin de seize ans, « présumé innocent », se voit-il refuser la visite de ses parents pendant vingt-trois mois de préventive ? Pourquoi a-t-il fallu trois procès pour recueillir les indices et les témoignages qui ont totalement innocenté Patrick?  Et surtout… Comment survivre durant quinze années derrière les barreaux de l’injustice, accusé du pire des forfaits, humilié, honteux de ne pas pouvoir réagir? Sans haine, avec une simplicité bouleversante, Patrick Dils nous raconte sa jeunesse sacrifiée, et la lancinante douleur de voir les familles des victimes le maudire par la faute d’un vrai coupable.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmailfacebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedinmail